Les étapes de la construction d’une maison: la préparation du terrain

862
Partager :
aerial view of gray concrete building

Pour construire une maison, il faut en premier lieu, préparer le terrain. C’est une phase importante, car il permet d’apprêter le sol à recevoir la future maison. Découvrez les différentes étapes de la préparation d’un terrain à bâtir.

Le piquetage

Le piquetage a pour objectif de rendre un terrain inattaquable. Il consiste à délimiter le terrain et à tracer le plan au sol pour voir si le projet est réalisable. Il doit être réalisé par un géomètre afin de s’assurer de la justesse de l’opération.

A lire également : Fabrication de garde-corps : Les avantages de l’utilisation de l’acier inoxydable

Lors du piquetage, le géomètre peut déterminer l’emplacement et le type d’assainissement que peut supporter le terrain.

Le décaissement

Le décaissement ou décapage est l’étape qui marque réellement le début des travaux de terrassement. Lors de cette opération, la couche superficielle du sol est enlevée à une épaisseur allant de 10 à 40 cm. Tous les déchets organiques et végétaux sont retirés du sol pour offrir une stabilité à la construction.

A lire également : Entreprise de rénovation dans les Yvelines : des artisans qualifiés pour un travail de qualité

Il est recommandé de réaliser le décaissement sur des sols secs. Les travaux y sont plus simples à réalisés que sur des sols humides. Pour cela, vous devez vous arranger pour commencer et terminer les travaux de décaissement pendant la période sèche et froide. Le printemps et l’automne ne sont pas des saisons favorables.

Le nivellement

Contrairement au décaissement, lors du nivellement, vous ne devez rien retirer de la terre. Il faudra plutôt rajouter de la terre sur l’espace à construire afin de le rendre plat. Le nivellement n’est pas une étape obligatoire. Il devient nécessaire si le terrain est en pente.

Lorsqu’un terrain présente une forte déclinaison, il ne peut garantir une construction stable. Pour limiter les risques de tassement et de glissement, il faut combler le vide créé par la différence de niveaux.

Pour réaliser une telle opération, sollicitez les prestations d’un topographe. Il est habileté à dire le nombre de couches nécessaires pour combler la différence de niveaux.

Le drainage

Par définition, le drainage est le système d’évacuation des eaux qui permet de rendre un sol imperméable à l’eau. Il s’agit d’une tranchée ou d’une canalisation installée pour contenir et expulser les eaux provenant des sources suivantes :

  • Sources souterraines ;
  • nappe phréatique affleurant ;
  • pentes ;
  • sous-sol non perméable.

C’est un moyen efficace pour lutter contre les remontées d’eaux capillaires et les infiltrations d’eau sur le long terme.

Pour réaliser un drainage, il faut faire appel à un professionnel pour réduire les risques d’instabilité du sol. Le professionnel peut savoir quel type de drainage réaliser. Il en est de même pour le dimensionnement et la profondeur des drains.

Le remblaiement

Le remblaiement est la dernière étape de la préparation du terrain à bâtir. Il revient à combler les fentes de canalisation, des systèmes de viabilisation et des drains.

Après l’étape de fermeture des fentes, les couches de remblais seront réparties sur tout l’espace de construction dans le but d’optimiser la stabilité du terrain.

La préparation d’un terrain à construire se résume essentiellement 5 étapes à savoir : le piquetage, le décaissement, le nivellement, le drainage et le remblaiement. L’exécution de chacune de ces étapes nécessite des connaissances spécifiques. D’où l’importance de faire appel aux experts.

Le compactage du sol

Le compactage du sol est une étape clé dans la préparation du terrain à bâtir. Elle consiste à tasser le sol afin d’optimiser sa stabilité et sa portance, de manière à garantir une bonne assise des fondations.

Pour ce faire, il est nécessaire d’utiliser des engins de compactage adaptés tels que les plaques vibrantes ou les rouleaux compresseurs. Le choix de l’outil dépendra notamment de la nature du sol et des contraintes spécifiques liées au chantier.

Pensez à bien respecter un certain nombre de règles pour assurer un compactage optimal. Il faudra ainsi procéder par passes successives en veillant à bien recouvrir toute la surface concernée.

Il sera indispensable de vérifier régulièrement le taux de compaction obtenu à l’aide d’un densimètre. Cette opération permettra notamment d’éviter tout risque d’affaissement ultérieur lié aux mouvements du sol.

Le compactage constitue une étape cruciale dans la préparation du terrain avant construction. Aussi complexe qu’elle puisse paraître, elle ne doit pas être négligée si l’on souhaite s’assurer que son projet immobilier bénéficie des meilleures conditions possibles.

L’installation des conduites d’eau et d’égout

Après la phase de compactage, pensez à bien conduire les eaux et les égouts. Cette dernière consiste à mettre en place les canalisations qui permettront l’alimentation en eau potable ainsi que l’évacuation des eaux usées.

Avant même le début du chantier, pensez à réaliser une étude approfondie pour déterminer le tracé exact des réseaux. Il faudra notamment prendre en compte la topographie du terrain ainsi que la position souhaitée des différents éléments (bâtiments, piscine, etc.).

Une fois cette étape terminée, les travaux peuvent commencer. Il est fortement recommandé de faire appel à un professionnel qualifié pour mener à bien cette opération afin d’éviter toute erreur dans le choix ou l’emplacement des canalisations.

Les matériaux utilisés pour les tuyaux varient selon leur destination : PVC rigide ou béton armé pour les égouts et acier galvanisé ou cuivre pour l’eau potable. Les diamètres devront être adaptés aux besoins spécifiques du projet immobilier.

Lorsque toutes ces précautions ont été prises et que les canalisations sont installées dans les règles de l’art sur tout le territoire où sera construite votre maison, vous pouvez alors envisager sereinement la suite de votre projet !

Partager :