Les 6 étapes incontournables pour acheter un bien immobilier

1436
Partager :
Les 6 étapes incontournables pour acheter un bien immobilier

Vous rêvez de devenir propriétaire, mais ne savez pas comment procéder ? Vous êtes au bon endroit. En effet, l’acquisition d’un bien immobilier est un processus qui fait intervenir plusieurs étapes. Découvrez dans cet article comment réussir l’achat d’un tel projet.

1-    Déterminez vos critères de recherches de logement

L’étape essentielle dans l’achat d’un bien immobilier est d’avoir une idée précise sur le type de bien que vous vouliez acquérir. Vous voulez faire l’acquisition d’une villa ? Listez les caractéristiques principales.

A lire aussi : Rénover sa maison avec style tout en préservant son budget

Si vous préférez acheter un appartement, il sera à l’étage ou à plain-pied ? Avec garage ou caveau ? En outre, pensez à savoir dans quelle région vous irez-vous installez et les conditions météorologiques. Si l’objectif est d’acquérir un bien locatif, établissez clairement votre plan et faites une étude de marché.

2-    Trouver le bien immobilier idéal

Après avoir défini le type de logement que vous voulez, vous devez maintenant chercher les biens immobiliers qui correspondent à vos attentes. Pour aller à la quête de votre futur bien, vous pouvez vous y mettre personnellement ou recourir aux services d’un professionnel.

A lire également : Comment puis-je organiser une vente aux enchères ?

Lorsque vous trouvez enfin votre logement, commencez par faire un constat des rénovations et les démarches nécessaires au niveau légal.

3-    Fixer un budget pour l’acquisition du bien immobilier

Déterminez le budget que vous êtes prêt à investir comme apport personnel. Ensuite, estimez précisément le montant de l’emprunt que vous allez contracter et passez à l’étude des différents types de prêts afin de choisir celui qui vous convient le mieux.

acheter une maison

Vous devez avoir en mémoire que la somme totale que vous allez avoir doit vous servir à acheter votre bien, aux travaux de réparation possibles et à solder le notaire.

4-    Procéder à une offre d’achat

À cette étape, vous devez faire une offre d’achat au vendeur. Ainsi, il va vous falloir rédiger un acte qui établit les différentes résolutions et le prix auquel vous désirez acheter le bien. Si le vendeur n’est pas d’accord, il peut vous refaire une autre proposition.

Vous êtes donc en pourparlers et vous ne devez solder, ni en partie l’achat du bien, ni donner une quelconque avance. Lorsque vous tombez d’accord sur un prix, vous pouvez alors signer ensemble un avant-contrat.

5-    Finaliser le compromis de vente

L’avant-contrat peut soit stipuler que le vendeur s’engage à vendre le logement à une unique personne moyennant la remise d’une indemnité d’immobilisation qui fait entre 5 et 10 % du coût du bien.

Soit, être la mention de l’acheteur qui promet au vendeur d’acheter le bien. Les deux parties signent un compromis de vente qui peut être rédigé par le notaire ou l’agent immobilier. Vous recevrez le compromis par lettre recommandée avec accusé de réception.

Un délai de 10 jours vous sera accordé pour que vous puissiez annuler l’achat. Ensuite, vous signerez la vente du bien après 2 ou 3 mois chez le notaire. Pendant ce temps, celui-ci va procéder à des investigations pour voir si votre propriétaire procède légalement à la vente de votre bien.

6-    Signer l’acte de vente

Durant la période de 1 ou 2 mois mentionnés dans le compromis de vente, vous contactez la banque qui doit vous fournir le prêt et l’assureur qui doit vous protéger contre le risque décès invalidité.

Lorsque tout est finalement en règle, le notaire proposera une date pour la signature de l’acte de vente. Vous procéderez sous la demande du notaire au règlement de la facture du logement et à celle du notaire. Une fois les transactions bouclées, le bien vous appartient et les clés vous seront remises.

7- Faire appel à un notaire pour l’accompagnement juridique de la transaction

Lorsque vous achetez un bien immobilier, il est primordial d’avoir recours aux services d’un notaire. Ce dernier se chargera de garantir la sécurité juridique de votre transaction et veillera à ce que tous les documents nécessaires soient en ordre.

Le notaire sera présent dès le compromis de vente jusqu’à la signature définitive du contrat. Il vérifiera notamment que toutes les clauses présentes dans le contrat sont conformes aux lois en vigueur et qu’il ne comporte aucune ambiguïté.

Il se chargera aussi des différentes formalités administratives telles que le versement du dépôt de garantie ou encore l’enregistrement auprès des autorités compétentes.

Faire appel à un notaire permettra aussi d’éviter tout litige ultérieur avec l’ancien propriétaire ou même avec les voisins. Effectivement, grâce à son expertise juridique, il pourra vous fournir des conseils avisés concernant vos droits et obligations en tant que propriétaire.

Pensez à bien souligner que lorsqu’on fait appel à un notaire lors d’une acquisition immobilière, on bénéficie automatiquement d’une assurance contre certains risques tels que ceux liés au titre foncier ou encore au droit civil.

Avoir recours aux services d’un notaire est indispensable lorsque l’on souhaite acheter un bien immobilier afin de s’assurer une transaction sécurisée sur le plan juridique.

8- Prévoir les frais annexes liés à l’achat immobilier (frais de notaire, frais d’agence, etc)

Lorsque vous achetez un bien immobilier, pensez à bien prévoir les frais annexes qui viendront s’ajouter au prix d’achat initial. Ces derniers peuvent varier selon plusieurs facteurs tels que la localisation du bien, le type de transaction ou encore le montant de la transaction.

Les frais de notaire représentent une part importante des frais annexes. Il s’agit des honoraires que perçoit le notaire pour son intervention dans la transaction immobilière. Les frais de notaire sont calculés en fonction du prix d’acquisition et comprennent notamment la rémunération du notaire, les droits d’enregistrement ainsi que les taxes diverses.

Il faut aussi compter sur les frais d’agence immobilière. Ces derniers représentent généralement entre 3% et 8% du prix total de vente et permettent aux agences immobilières impliquées dans la transaction (s’il y a lieu) de couvrir leurs coûts opérationnels.

Il y a aussi certainement des frais bancaires à prendre en compte si vous avez recours à un prêt immobilier pour financer votre acquisition. Cela peut comprendre des frais administratifs comme ceux relatifs aux garanties hypothécaires ou encore l’évaluation financière par exemple.

Des dépenses supplémentaires telles qu’un déménagement professionnel ou même certains travaux peuvent aussi survenir après l’acquisition. Prenez donc soin lors de votre planification budgétaire initiale de prévoir des marges pour ces dépenses supplémentaires.

Pensez à bien anticiper les frais annexes liés à l’achat immobilier afin d’éviter toute mauvaise surprise. Pensez à bien vous rendre chez un notaire ou une agence immobilière pour obtenir un devis détaillant tous les coûts associés à la transaction immobilière. De cette façon, vous serez en mesure d’établir un budget précis et réaliste qui prendra en compte toutes les dépenses liées à votre acquisition.

Partager :