Laurier-rose en hiver : comment hiverner et protéger cette plante ?

187
Partager :
rose en hiver comment hiverner et protéger cette plante

Le Laurier-rose communément appelé Nerium oleander survit à la période hivernale sans soucis sur le périmètre méditerranéen, mais également sans l’intervention d’une protection spécifique. Car en cette période, le climat est agréable sans compter que les gelées ne sont pas fréquentes. Sur la côte parcourant la façade atlantique, de la Bretagne à l’Aquitaine en traversant les Pays de la Loire, le centre et Poitou-Charentes, c’est une autre affaire.

Même si ces régions sont exposées à la douceur océanique, elles n’échappent néanmoins pas aux périodes hivernales ou printanières plus ou moins rigoureuses où le mélange de températures basses et d’humidité du sol constitue un désavantage pour le laurier rose, d’où la nécessité de la protéger. Voyons dans la suite de ce guide comment s’y prendre afin d’assurer l’hivernage et la protection de cette plante.

A découvrir également : Comment fabriquer un collecteur d'eau de pluie ?

Le laurier-rose et les températures

Sur le plan théorique, le niveau de résistance du laurier-rose n’est pas si faible qu’on ne le croit, sans compter qu’il a la capacité de tolérer en pleine terre des températures avoisinant les -8° et -10°C. Toutefois, il faut dire que cette rusticité est généralement affaiblie par certaines conditions de culture inappropriées. Exposées à des courants d’air froid, les parties aériennes de la plante qu’est le laurier-rose ont tendance à griller dès l’apparition des premiers coups de gel.

Le type de sol dans lequel l’arbuste est planté est aussi trop souvent sous-estimé par les particuliers, surtout le drainage. En effet, cette plante n’est pas très friande des périodes hivernales froides où le sol reste rempli d’eau. Cela arrive souvent avec les sols argileux et diverses maladies pouvant l’affecter apparaissent suite à ce phénomène.

Lire également : La trompette de Jericho : les origines

Dans ce sens, le premier moyen de protection contre le gel est donc d’octroyer à la plante des conditions de culture plus adéquates à l’image d’une exposition plein Sud ou Sud-Ouest afin qu’elle puisse recevoir l’ensoleillement maximal, à l’abri d’un mur si le jardin reçoit souvent des vents glaciaux. Il faut également une bonne quantité de sable ou de gravier à partir de la plantation en vue d’alléger le sol, et ce, faisant d’améliorer le drainage.

Une rusticité limitée avec la culture en bac ou en pot

Lorsqu’elle se trouve dans un grand pot ou un bac, la rusticité de la plante est d’environ -5°C. Dans cette situation, le long de la façade atlantique, il est plus judicieux d’hiverner les bacs ou pots contre un mur faisant face au Sud tout en veillant à envelopper le laurier rose à l’aide de nombreuses épaisseurs de voile d’hivernage lorsqu’une période de froid successive se prépare. Pour ce faire, la consultation des prévisions météorologiques vous sera d’une grande utilité.

rose en hiver comment hiverner et protéger cette plante

Les arrosages sont dans cette optique diminués puisque la plante hivernée est plongée dans un repos végétatif. Quand il y a de la gelée, ne pensez surtout pas à arroser. Une fois que la température revient à la normale, pensez à humidifier les mottes en faisant attention à ne pas mouiller le feuillage. Veillez également à ne pas négliger la vidange d’eau des soucoupes une heure plus tard. Ensuite, il est plus que nécessaire de patienter le temps que le sol sèche en surface avant de passer à un nouvel apport.

Mettre le laurier-rose à l’intérieur : est-ce une bonne idée ?

La réponse à cette interrogation sera négative ! En effet, il n’est pas recommandé de placer un laurier-rose dans une maison ou dans un appartement ne serait-ce que pendant une période relativement courte. L’air ambiant de ces lieux est beaucoup trop sec pour ce genre de plantes méditerranéennes. Le laurier de rose requiert aussi une certaine période de fraîcheur prolongée en hiver, nécessaire pour la réalisation de son repos végétatif. Or, les températures sont trop importantes à l’intérieur, même si vous placez la plante dans une pièce qui n’est pas très réchauffée.

Hiverner le laurier-rose en terre

En pleine terre, tout d’abord, cela consiste à garantir une protection à la souche de l’arbuste en la recouvrant d’une quantité conséquente de feuilles mortes. Par la suite, la protection la plus optimale pour les parties aériennes demeure le voile d’hivernage.

Si la taille de votre plante n’est pas si imposante, vous êtes en mesure de confectionner un tipi en usant de fil fer et de bambous. La voile d’hivernage servira ainsi à recouvrir le laurier rose. Celui-ci ne sera donc pas en contact avec les feuilles, ce qui s’avère être une bonne chose particulièrement si cette période froide est longue.

Un laurier-rose avec des feuilles gelées : la solution ?

Si, en dépit de toutes ces mesures, votre laurier-rose n’échappe pas aux gelées, alors ne vous inquiétez pas ! Cela pourrait dire que les parties aériennes uniquement aient grillé. Patientez dans ce cas jusqu’à la fin de la saison froide pour agir.

Il vous incombe ici de tailler chaque branche principale brunie. Entamez l’opération par l’une d’elles, en la coupant progressivement. Si la section de taille est desséchée, il faudra rabattre un peu plus bas en faisant des coupes en biais jusqu’à arriver sur une section avec du bois vert.

Le laurier rose tolère assez bien les recépages sévères, de nouvelles pousses naîtront de la souche et il y a des tiges restantes à partir du redoux du printemps. En conséquence, la floraison de votre plante sera aussi réussie l’été suivant.

Partager :